• Le cas Marniquet: Wayne, Granger, Eastwood, Marvin des antihéros purs et durs à cuire s'infiltrent dans la ligne claire

     Marniquet, dessinateur et scénariste, réalise des albums qui s'inscrivent jusqu'au fétichisme dans la tradition de la bd franco-belge: album cartonné couleurs, trait ligne claire, héros anglo-saxons bourrus mais justes, thèmes fantastico-policiers ou aventures pré-post coloniales où les By Jove! et Sahib abondent, description abusive des lieux traversés (le Nil, son crocodile, sa fellouk).

    Cependant si ces albums se présentent comme des hommages stylés aux grands maîtres de la ligne claire, la copie sonne faux ou plutôt comme une farce maligne.
    Dans son entreprise d'imitation, Marniquet montre sans détours la maladresse de son dessin. Proportions erronnées, mains quasi-toujours ratées, bizarrerie des perspectives, tout dans son dessin tend vers le ratage technique évident.
    Dans "Le tombeau de Raskhenotep", la femme de Scott est percutante de laideur, un traitement de la femme plutôt rare en bd, qui tend plus souvent habituellement à satisfaire les fantasmes masculins.

    Si pour certains réinventer le classicisme est une tâche noble, Marniquet (et pas Martinet) s'y colle non sans moquerie et ambiguïté. Ses héros, aussi vertueuses que puissent paraître leurs missions, n'en sont pas moins emprunts de roublardise voire de ridicule. Marniquet met en scène Scott pleurant à la lecture du télégramme annonçant le kidnapping de son fils, puis perdre son flegme face à son ami qui cherchait à lui redonner courage. Réalisme? Moquerie? Et si Scott fait montre d'un goût impeccable et de respectabilité lorsqu'on aborde son château écossais, c'est pour mieux laisser filtrer, via la figure miséreuse d'un ami inspecteur, les travers de tout personnage fictif.
    Alors de quoi se moque-t-on, s'agit-il de pastiche?

    Souvent Marniquet crée la surprise en invitant dans ses récits des figures familières, grandes gueules du cinéma classique d'aventures. Et là encore, son trait maladroit ne donne pas de réponse claire (l'hommage est-il recevable?), la ressemblance est parasitée par l'incompétence du dessinateur. Pourtant l'inspecteur à la mine d'alcoolique est Clint Eastwood, et les héros de "Mystères en Birmanie" sont bien incarnés par John Wayne et Lee Marvin.

    En Bd, l'inspiration et le transfert depuis le cinéma comme modèle sont légion, Louise Brooks chez Pratt ou Crepax devient Louise Brookswizc ou Valentina, Jeremiah Johnson pour Buddy Longway, Belmondo pour Blueberry et Marniquet choisit effectivement cette voie. Mettant en scène ses doublures assez grossières, il mêle à la perfection des grands maîtres la tentation de l'échec, le goût du saccage dans la représentation, plutôt que la démonstration d'un savoir-faire établi.

    A moins que Marniquet n'invoque les classiques d'Hollywood pour pallier aux défauts de son dessin et s'appuyer sur des valeurs sûres apportant instantanément une certaine crédibilité, cette fidélité mise à mal, plutôt célébrée par le détournement (Pierre La police, John Currin), permet de glisser dans ses histoires des sous-récits, véritables perles d'invention, variées et subtiles.

    Chacun de ses featuring surprises est un sous-récit, les cases décrivant longuement le départ d'un train ou les abords du Nil encore un autre, et dans l'album "La cité de l'éternel retour", l'objet même de l'intrigue n'est pas résolu et passe finalement pour anodin. L'intrigue principale semble devoir être traitée comme récit mineur, son importance comme quelque chose d'idiot. Dans ce dernier album, si le dessin devient plus gracieux, plus habile (est-ce bien marniquet qui dessine?), le personnage principal Paul Darnier, sorte d'OSS117 Superdupont réaliste Indiana Jones, devient lui presque abject.

    En sur-codant les conventions narratives et les éléments constitutifs de l'aventurier (voir le dos de couverture des albums) Marniquet laisse quelque chose de bizarre s'installer. La voix des ténors de l'âge d'or hollywoodien, en plus de leurs trogne, résonne en v.o ou v.f, vraie ou doublée, dans nos souvenirs cinéphiles donnant aux bds de Marniquet un ton particulier, éloigné de toute nostalgie béate.

    Image extraite de l' album "Les aventures de Scott et Hasting: Le tombeau de Raskhenotep" (Marniquet), édité par Albin Michel.


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :